Archives de la Catégorie : Communiqués de presse

Oct 10 2017

Des parlementaires, Magistrats et l’OCDH réfléchissent sur des approches améliorées de suivi des activités forestières dans le cadre d’investissement à grande échelle (mines, agro-business, infrastructures).

  Des parlementaires_juristes et OSC déterminés à veiller sur des investissements non forestiers La République du Congo s’est engagée dans le processus de la légalité forestière en signant l’Accord de Partenariat volontaire (APV) avec l’Union Européenne.  Il s’est révélé par la suite que les dispositions contenues dans l’accord ne tiennent pas compte d’un certain nombre …

Continuer à lire »

Sep 01 2017

L’O.C.D.H préoccupé par le maintien en détention arbitraire du journaliste Ghislain Fortuné Dombé et de Noël Mienanzambi Boyi, acteur de la société civile.

CP Noel et Fortuné Brazzaville, le 31 août 2017. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) exprime sa « vive préoccupation » concernant le maintien en « détention arbitraire » du journaliste Ghislain Fortuné Dombé et de l’activiste Noël Mienanzambi Boyi et, appelle à leur libération immédiate. En effet, le journaliste Ghislain Fortuné Dombé, directeur de publication du journal …

Continuer à lire »

Image

Les autorités congolaises doivent libérer immédiatement et sans condition M. Noël MIENAM ZAMBI-Boyi, Président de l’Association pour la Culture de la Paix et de la Non- violence arbitrairement détenu à la DGST.


Conférence de presse des ong de la société civile

1. Qui est Noël MIENAM ZAMBI-Boyi ?

Monsieur Noël MIENAM ZAMBI-Boyi, citoyen congolais, marié père de plusieurs enfants, est un enseignant retraité. Il est Président de l’Association pour la Culture de la Paix et de la Non- violence et animateur de l’émission « Paix et non- violence » à la radio communauté de kinkala, chef-lieu du département du Pool.

2. Pourquoi est –il détenu ?
A la lecture d’un rapport en notre possession, rédigé par lui, Noël MIENNANZAMBI BOYI serait en mission commandée du Premier Ministre, M. Clément MOUAMBA afin d’établir une possible médiation entre le pouvoir et M. BINTSAMOU Fréderic alias Pasteur NTUMI. Cette mission bien qu’exécutée, n’a pas atteint ses objectifs.

Selon les informations reçues, Noël MIENANZAMBI BOYI aurait été torturé lors de son arrestation.

Le 2 février 2017 sur les ondes de la Radio France Internationale (RFI)1, une source gouvernementale ayant requis l’anonymat, indiquait que Monsieur Noël MIENANZAMBI –BOYI est « un porteur de valise et passeur des vivres et des messages au pasteur Ntumi ». Selon cette même source, Noël MIENANZAMBI –BOYI a été surpris « en flagrant délit de livraison de médicaments » au pasteur Ntumi et à ses hommes qui se cachent toujours en forêt.

3. Quelle est sa situation actuelle ? La détention du Président Noël MIENANZAMBI –BOYI enfreint plusieurs normes internationales ainsi que la législation nationale.

Monsieur Noël MIENANZAMBI –BOYI a été arrêté le samedi 21 janvier 2017 à Kinkala puis détenu à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) depuis 23 janvier 2017.Sa détention est foncièrement arbitraire. Depuis son arrestation, il n’a jamais été présenté devant un magistrat et, est toujours détenu à la DGST.

Officiellement, Monsieur Noël MIENANZAMBI –BOYI n’a pas encore été notifié du chef de son inculpation. Nous constatons que Noël MIENANZAMBI –BOYI est victime de l’arbitraire de la police. Il ne revient pas à la police de faire justice dans un Etat de droit. Les missions de la police en la matière sont clairement définies par les lois et règlements en vigueur dans notre pays.

Soucieux des mauvaises conditions de détention de Noël MIENANZAMBI –BOYI et de nombreuses violations de ses droits fondamentaux, nous, signataires de la présente déclaration, comptons déposer plainte avec constitution de partie civile contre X et le Directeur général de la surveillance du territoire pour « détention arbitraire ».

« Tous magistrats ou fonctionnaires qui ordonnent ou qui tolèrent sciemment une détention arbitraire sont punis des travaux forcés à temps ». Article 341 et 342 du code pénal congolais.

1 http://www.rfi.fr/afrique/20170203-congo-brazzaville-noel-mienanzambi-boyi-exemple-detention-arbitraire

ORGANISATIONS SIGNATAIRES :
 Association Pour les Droits de L’Homme et L’Univers Carcéral (ADHUC) LOAMBA –MOKE, Président
 Association du M22 Dr. Alex DZABANA wa IBAKA, Président
 Association (ARPA2DH) Cherotti Blanchard MAVOUNGOU, Président
 PLATE FORME FORCES UNIES POUR LA LIBERTE ET LA DEMOCRATIE (FULD) Joe Washington EBINA, Président
 OBSERVATOIRE CONGOLAIS DES DROITS DE L’HOMME (OCDH) Trésor NZILA KENDET, Directeur Exécutif
 Commission Episcopale Justice et Paix Abbé Félicien MAVOUNGOU
 Association Terre et Villages (ATV) OUMBA BANANTOU Félix
 Plateforme Congo Maison Commune KOUBANZA Jean Pierre, Président
 Association pour le développement et la promotion des populations autochtones (ADPPA) Jean NGANGA, Président

Image

Crise du Pool : L’OCDH condamne les récentes agressions contre des civils

Crise sécuritaire du Pool
Brazzaville, le 1er juin 2017. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) condamne les récentes agressions en date du 26 mai 2017 contre les populations civiles dans le département du Pool et réitère son appel à une solution pacifique.

En effet, le 26 mai dernier, trois véhicules transportant des passagers de Brazzaville en partance pour Pointe-Noire ont été une fois de plus attaqués par des éléments armés non identifiés dans la zone de Ngamadzambala, dans le département du Pool, théâtre de violences armées et des exactions contre des civils depuis plus d’une année.
Des témoignages en notre possession invoquent que des civils à bords de ces véhicules ont été pris en otage, dépossédés de leurs biens, deux femmes violées et deux agents de la force publique tués. L’OCDH condamne les violences d’où qu’elles viennent contre les populations civiles et rappelle que les auteurs des abus contre des civils et des violations des droits de l’Homme dans le département du Pool devront rendre des comptes.

Nous constatons que les violences dans le département du Pool continuent de causer d’immense souffrance à des populations civiles et, en même temps, les autorités congolaises persistent dans le choix sans issue durable du recours à la force militaire (des armes) pour résoudre cette fameuse crise dite du Pool.

L’OCDH insiste sur l’urgence d’une solution pacifique et appelle les protagonistes de s’abstenir de tout acte de violence contre les populations civiles.

Mai 24 2017

La police congolaise entrave la rencontre citoyenne organisée par L’OCDH et le Mouvement Ras-le-bol.

Conférence de presse1 Brazzaville le 24 mai 2017. Dans le but d’informer les citoyens congolais sur les questions des droits humains et d’éveiller les consciences sur les enjeux inhérents à la défense de ces droits, l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) et le Mouvement citoyen Ras-le-bol avaient prévu organiser le samedi 20 Mai 2017, …

Continuer à lire »

Mai 19 2017

Déclaration de Tournons la Page – Congo après la convocation du corps électoral pour les élections législatives 2017

TLP Congo Déclaration sur les élections législatives – 18 06 17 Nous, organisations de la société civile congolaise, membres de la coalition Tournons la Page-Congo, réunies en Assemblée Générale le 14 mai 2017 à Pointe Noire, publions la déclaration suivante en conclusion de nos travaux. Alors que le corps électoral vient d’être convoqué pour des …

Continuer à lire »

Mar 24 2017

Lancement d’un nouveau projet sur les droits des populations autochtones en République du Congo (Réf. EIDR/2016/381/959)

Brazzaville le 23 mars 2017. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) et la Délégation de l’Union européenne (DUE) à Brazzaville procèdent ce 24 mars 2017, au lancement officiel du projet intitulé « Promouvoir les droits des peuples autochtones à travers le renforcement du mouvement autochtone au Congo et l’institutionnalisation de la représentativité des autochtones ». Ce …

Continuer à lire »

Fév 28 2017

République du Congo : Une gouvernance par la terreur et le mépris des droits humains

L’OCDH publie aujourd’hui son rapport de l’année 2016 sur la situation des droits de l’Homme dans le pays. Ce rapport se présente en deux grandes parties. Il traite d’atteintes aux droits humains en lien avec la situation politique. Mais la dégradation de la situation des droits humains en République du Congo n’est pas forcément liée …

Continuer à lire »

Fév 17 2017

Signature d’une convention de partenariat entre l’OCDH et trois Cabinets d’avocats avec l’appui de l’Union Européenne.

Brazzaville, le 16 février 2017. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) et la Délégation de l’Union européenne à Brazzaville se félicitent de la signature d’une Convention de partenariat entre un regroupement national d’avocats pro bono et l’OCDH pour le soutien et l’accompagnement judiciaire des défenseurs de l’environnement et des communautés locales et autochtones en …

Continuer à lire »

Déc 20 2016

Congo-Brazzaville : La Cour Suprême lève les immunités d’un commissaire de police dans une affaire de torture.

Brazzaville,  le 28 novembre 2016. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) exprime sa grande satisfaction suite à la décision de la Cour Suprême de la République du Congo de lever les immunités dont bénéficiait le commissaire de police de Poto-Poto 2 ; lesquelles immunités handicapaient l’action du juge d’instruction. Le 17 mars 2016, M. Ingorakoueré …

Continuer à lire »

Articles plus anciens «

Aller à la barre d’outils